L’ostéoporose est une maladie généralement bien connue affectant près de deux millions de Canadiens et Canadiennes. Caractérisée par une perte de la masse osseuse et par une détérioration des os associée au processus naturel du vieillissement, l’ostéoporose peut entraîner un risque accru de fracture.

 

Quand prévenir débute dans notre assiette

Le calcium et les protéines sont d’importantes composantes nutritionnelles impliquées dans la prévention de cette maladie. Le calcium intervient dans le remodelage osseux alors que les protéines jouent un rôle dans le processus de formation et de réparation des cellules osseuses. À la lumière de ceci, les produits laitiers demeurent un incontournable à mettre au menu dans une optique de prévention de la perte osseuse. Pour en savoir plus sur les recommandations et aliments riches en calcium à privilégier, consulter Ostéoporose Canada.

La vitamine D a elle aussi son rôle à jouer. Favorisant l’absorption du calcium et contribuant à des muscles plus solides, elle permet ainsi de diminuer le risque de chute. Pour ce qui est des apports recommandés en cette vitamine, il est très difficile de combler tous ses besoins par l’alimentation vu les sources alimentaires limitées contenant de la vitamine D outre les aliments enrichis. De ce fait, Ostéoporose Canada recommande à tous les adultes canadiens de prendre un supplément de vitamine D3 (cholécalciférol) quotidiennement. Bien que l’on connaisse depuis déjà plusieurs années l’implication de la vitamine « soleil » pour la prévention de l’ostéoporose, de nouvelles recherches appuient encore l’importance de cette vitamine. Pour en savoir plus… 

 

Ce que la littérature scientifique récente nous dévoile

L’utilisation de bisphosphonates est très fréquente comme premier traitement administré aux patients souffrant d’ostéoporose. En revanche, on remarque une dégénérescence osseuse progressive avec l’administration chronique de cette médication. Pour remédier à la situation, des chercheurs ont étudié l’impact du resvératrol, un polyphénol présent dans certains fruits comme les raisins, les murs ou les cacahuètes. Leurs travaux laissent entrevoir que le traitement au resvératrol affecte positivement la vitalité et la prolifération cellulaire. Pour en savoir plus…

Le stress oxydatif a également été reconnu coupable dans plusieurs maladies osseuses, tel que l’ostéoporose. Certaines études suggèrent l’utilisation d’antioxydants dans les thérapies anti-résorptives pour le traitement et la prévention de la perte osseuse. Les polyphénols et les anthocyanines semblent être des antioxydants prometteurs et ils se retrouvent en abondance dans une alimentation saine. Pour en savoir plus…

D’autres travaux ont également mis sur la table l’impact potentiel de l’allaitement maternel sur l’incidence de l’ostéoporose. Pour en savoir plus… 

 

Wendy Ward, affiliée à la chaire de recherche d’Ostéoporose Canada et travaillant à l’élaboration de stratégies nutritionnelles de prévention pour réduire le risque de fracture de fragilité pendant le vieillissement présentera « Foods and Food Components for a Healthy Strong Skeleton in Women » lors de la session 2 de BÉNÉFIQ 2018 le 2 octobre prochain.